Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/211

Cette page n’a pas encore été corrigée


Une sorte de gril plein, à manche, avec quatre demi sphères en creux. —C’était, sans doute, pour mettre cuire des boulettes de viande farcie, ainsi que cet autre, plat, tout rond, beaucoup plus grand que le précédent et à trous nombreux un peu plus profonds ; il y a 29 trous.

Ustensile en forme de château fort pour faire chauffer l’eau. — C’est un quadrilatère, ayant une tour carrée à chaque angle, et les tours sont reliées par des courtines ; tour et courtines, le tout est crénelé. L’eau se versait en levant le couvercle qui fait plate-forme de la tour ; elle était échauffée par des charbons que l’on plaçait au centre du carré, entre les quatre courtines, dans la cour de la forteresse enfin ; un robinet, pratiqué sur la face extérieure d’une des courtines, versait l’eau. On maniait ce meuble par quatre anses.

Plusieurs romaines. — Le plateau est supporté par quatre chaînettes carrées, le bras du levier a toujours pour poids un buste.

LES CASQUES

Ont généralement un abat-jour très large, ou rebord, tout autour de la tête, ça encadre le visage, et ça part ensuite presqu’à angle droit à la hauteur des oreilles. Les œillères sont des rondelles composées de cercles à jour, mobiles, attachées en haut par une charnière, et retenues par le bas dans une patte transversale en laquelle est engagée la patte terminant l’œillère. Ce qui abritait la figure est en deux morceaux (sauf dans un casque énorme, chargé de sculptures en relief et d’un poids