Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/206

Cette page n’a pas encore été corrigée


es tire bouchons entourent complètement la tête, tandis que, dans le buste précédent, ils s’arrêtaient aux oreilles ; ils sont au nombre de 75 (sans compter ceux qui, faisant partie du buste même, sont collés contre le cou ; ils ont été rajoutés après coup). Bouche mi-ouverte dans une expression souffrante, visage ovale carré par le bas, front très épais dans l’entre-deux des sourcils.

Tibère. — Buste tout vert, avec des yeux d’argent devenus bruns. Tête discrète et fine, répondant à l’idée qu’on se fait de Tibère, aplatie sur le sommet (absence des bosses de la bienveillance et de la religion), mais fournie sur les côtés au dessus des oreilles ; la bouche est petite, le front bas et large sous les mèches plates des cheveux courts, qui tombent carrément dessus ; paupières très étroites, menton saillant. Grand air de distinction et de réserve, aucune expression du chat, du renard, ni de l’oiseau de proie.

Scipion l’Africain. — Grand air de ressemblance. Vieillard chauve et sans barbe, chauve sur le devant et les tempes ; la chevelure, partout ailleurs, est indiquée par des pointillés. Le front est creusé de trois grandes rides et d’une supérieure qui s’efface un peu vers le milieu du front. Sur le front une loupe, au-dessus du sourcil droit ; sourcils épais, les poils très indiqués ; les joues sont maigres et tombent, on sent que cette mâchoire-là n’a plus de dents. Aux deux coins de la bouche, sur le bas des joues, comme deux petites boules qui semblent pousser du dedans. Le nez s’infléchit par le bout, la narine est épaisse, la bouche coupée toute droite sans dessin, l’oreille très détachée de tête (trait commun aux bustes antiques).