Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/126

Cette page n’a pas encore été corrigée


randes redoutes (cavaliers en terme d’artillerie) formant une sorte de quadrilatère allongé, plus large vers l’entrée ; à gauche un tunnel dans la roche, il s’élargit après le coude qu’il fait. C’est dans cette partie qu’il y a trace, cette fois évidente, de roues de chars. Le tumulus d’Hérode est de ce côté, plus à gauche, en se dirigeant vers le Lycobettus.

PANDROSE. ERECHTEE. MINERVE POLIADE

Pandrose, comme niveau, est supérieur aux deux autres.

Côté ouest de Minerve Poliade (l’entrée est par le temple de Neptune, qui n’est peut-être qu’un portique) : piliers ioniques sur le mur, devaient être adossés à quelque chose, mais à quoi ? Cette colonnade est supérieure, comme niveau, à celle qui est en face, à l’Est. Ici, du reste, ce sont de vraies colonnes.

Le chapiteau de ces ioniques, tassé par la colonne, a l’air d’un coussin.

S’il y avait là deux temples, comme l’inégalité de niveau des murs l’indique, pourquoi cela n’existe-t-il pas extérieurement ? Alors pourquoi n’avoir pas fait les deux temples de la même largeur à l’intérieur, quand, à l’extérieur, des deux côtés, c’est une construction faite d’un seul coup ?

Le temple du milieu, plus bas comme niveau que Pandrose est de plain-pied avec Erechtée.

Dans les rosaces, sur le linteau de la magnifique porte qui communique d’Erechtée en Minerve, il y a dans chacune un trou au milieu, comme