Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/581

Cette page a été validée par deux contributeurs.


charmant que ces crapauds-là ! Le type du sublime (Raphaël l’a prouvé par ses madones), c’est peut-être une mère avec son enfant !

Rosanette, qui suffoquait, sortit ; et Pellerin dit aussitôt :

— Eh bien, Arnoux !… vous savez ce qui arrive ?

— Non ! Quoi ?

— Ça devait finir comme ça, du reste !

— Qu’est-ce donc ?

— Il est peut-être maintenant… Pardon !

L’artiste se leva pour exhausser la tête du petit cadavre.

— Vous disiez… reprit Frédéric.

Et Pellerin, tout en clignant pour mieux prendre ses mesures :

— Je disais que notre ami Arnoux est peut-être, maintenant, coffré !

Puis, d’un ton satisfait :

— Regardez un peu ! Est-ce ça ?

— Oui, très bien ! Mais Arnoux ?

Pellerin déposa son crayon.

— D’après ce que j’ai pu comprendre, il se trouve poursuivi par un certain Mignot, un intime de Regimbart, une bonne tête, celui-là, hein ? Quel idiot ! Figurez-vous qu’un jour…

— Eh ! il ne s’agit pas de Regimbart !

— C’est vrai. Eh bien, Arnoux, hier au soir, devait trouver douze mille francs, sinon, il était perdu.

— Oh ! c’est peut-être exagéré, dit Frédéric.

— Pas le moins du monde ! Ça m’avait l’air grave, très grave !

Rosanette, à ce moment, reparut avec des rou-