Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/497

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Martinon s’y prenait mieux. D’un train monotone, et en la regardant continuellement, il vantait son profil d’oiseau, sa fade chevelure blonde, ses mains trop courtes. La laide jeune fille se délectait sous cette averse de douceurs.

On n’en pouvait rien entendre, tous parlant très haut. M. Roque voulait pour gouverner la France « un bras de fer ». Nonancourt regretta même que l’échafaud politique fût aboli. On aurait dû tuer en masse tous ces gredins-là !

— Ce sont même des lâches, dit Fumichon. Je ne vois pas de bravoure à se mettre derrière les barricades !

— À propos, parlez-nous donc de Dussardier ! dit M. Dambreuse en se tournant vers Frédéric.

Le brave commis était maintenant un héros, comme Sallesse, les frères Jeanson, la femme Péquillet, etc.

Frédéric, sans se faire prier, débita l’histoire de son ami ; il lui en revint une espèce d’auréole.

On arriva, tout naturellement, à relater différents traits de courage. Suivant le diplomate, il n’était pas difficile d’affronter la mort, témoin ceux qui se battent en duel.

— On peut s’en rapporter au vicomte, dit Martinon.

Le vicomte devint très rouge.

Les convives le regardaient ; et Louise, plus étonnée que les autres, murmura :

— Qu’est-ce donc ?

— Il a calé devant Frédéric, reprit tout bas Arnoux.