Page:Filion - À deux, 1937.djvu/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 26 —

— N’oubliez pas une seconde fois que vous avez acheté du parfum.

Elle prit la boîte sur le comptoir et la lui tendit.

Sans avancer la main, il dit :

— Acceptez en souvenir d’Alexandre Daubourge.

— Non, merci, dit-elle en rougissant.

— En remerciement de tous les renseignements que vous avez mis tant de bonne grâce à me fournir.

— Non merci, je ne puis.

— En souvenir d’un « pays ».

Elle déposa le paquet et dit en inclinant la tête pour lui signifier son congé :

— Comme vous le voulez, Monsieur.

Pouvait-elle dire qu’elle ne lui était pas une payse après lui avoir fait connaître que sa mère demeurait non loin de ses parents à lui ; quelques villages de distance, si peu de chose, mais elle… elle qui n’était jamais allée là-bas, n’était-elle pas une montréalaise ?…

Et tandis qu’elle répondait aux autres clients tout cet après-midi, elle se demandait, non sans angoisse : « Qui suis-je ? »

* * *

Laure Lavoise et Alexandre Daubourge sont devenus les meilleurs amis du monde. Comment cela s’est-il fait ? petit à petit, le jeune homme s’est imposé. Laure a fini par comprendre qu’il est sérieux, qu’il l’aime vraiment et qu’il est digne d’elle. Depuis leur sommaire présentation, ils n’ont plus échangé un mot sur le compte de leurs parents.