Page:Filion - À deux, 1937.djvu/143

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 141 —

À la porte de l’Ave Maria, Alexandre ne fut pas reçu sans une certaine surprise, on le conduisit néanmoins jusqu’à la chambre de la jeune fille ; au coup discret qu’il frappa à la porte une vieille dame vint répondre. Il s’informa :

— Mademoiselle Laure Lavoise m’a demandé.

Comme ce nom de Lavoise lui était dur à prononcer !

— Je l’ignore, Monsieur, répondit son interlocutrice en s’effaçant pour le laisser pénétrer dans la chambre.

Quelle ne fut pas sa stupéfaction de voir Laure très pâle sur ses oreillers. Il n’osait avancer. Elle le regardait intensément, et dans ses yeux des larmes perlaient et coulaient rapides. Elle lui tendit la main :

— Mon frère, dit-elle avec effort.

Lui ne sut que dire :

— Laure.

— Oublions le passé, dit-elle encore.

Cette simple phrase pouvait signifier beaucoup dans cette mignonne petite bouche, mais quelqu’un les regardait d’un œil inquisiteur, ce n’était pas le moment de discuter leurs opinions sur le passé et l’avenir.

— Tu sais tout, dit-elle, qui te l’a dit.

— Mon père.

— Il t’a écrit.

— Non, il est venu.

Laure ajouta très bas.

— Mon père.