Page:Fiel - Prudence Rocaleux, 1945.pdf/90

Cette page a été validée par deux contributeurs.
92
prudence rocaleux

Elle l’accusait presque de jouer avec les sentiments filiaux.

Elle ne put se retenir d’aller trouver Mme Dilaret dès qu’elle eut terminé ses préparatifs pour le dîner.

— Je ne dérange pas Madame ?

Au ton doux de cette question, sa maîtresse augura que sa domestique éprouvait quelque ennui. Ordinairement, son accent était plus triomphant. Elle lui répondit donc amicalement :

— Non, Prudence ; je vous vois un peu pâle.

— Y a de quoi ! J’ai bien besoin de Madame pour m’aider à supporter les laideurs de la vie.

— Elle n’est donc plus agréable ?

— Oh ! non, et si j’étais au ciel, ce serait un peu plus reluisant pour moi.

— Oh ! oh ! qu’est-ce qui se passe ?

— Les gens sont abominables ! Voilà, j’ suis allée chez ce Rembrecomme dont le père a été tué…

— Quoi ! Encore ?

— Il le fallait, parce que je lui apportais de bonnes choses…

— Mon Dieu ! Vous me faites trembler !

— Eh ben ! c’est tout juste s’il ne m’a pas mise à la porte !

— Que lui avez-vous donc raconté ?

— La vérité que je croyais !

— Je crains, Prudence, que votre langue n’ait été un peu plus vive que votre réflexion…

— J’avais bien réfléchi, Madame, et je suis aussi sûre que me voilà que c’est ce valet de chambre de malheur qui a fait le coup…

— Et vous l’avez dénoncé à son maître ? s’écria Mme Dilaret effrayée.

— Et pourquoi que je me serais gênée ? À ma place, il en aurait fait tout autant.