Page:Fiel - Prudence Rocaleux, 1945.pdf/171

Cette page a été validée par deux contributeurs.
173
prudence rocaleux

conscience… et, dans la publication des bans, il y a : « si vous connaissez un empêchement à ce mariage ». J’en connais un… C’est pas naturel de crier : « Bonjour, Marcel ! » avec un air riant.

— Moi, je n’y vois pas de mal ! Quand on est gai, on dit bonjour en riant, à tout le monde… et pensez aussi qu’on dit dans les bans : faut pas faire obstacle par malice.

— J’y mets pas de malice, mais de l’honnêteté…

Il y eut un petit silence durant lequel les deux femmes achevèrent les préparatifs, puis Eudoxie murmura timidement :

— Dites, Prudence, j’crois qu’il est temps d’annoncer le dîner… Tout me semble à point.

— C’est vrai, qu’est-ce que nous attendons ! Ce dîner me sort de la tête, tellement je suis tourneboulée par c’te catastrophe…

— Vous en faites pas ! Y s’arrangeront.

Prudence reprit son sang-froid, comme si elle remettait sur son épaule un fardeau un peu lourd, puis elle procéda à la présentation des plats qu’Eudoxie porterait aux convives.

Sa compagne lui recommanda :

— Tout en servant, écoutez bien ce que l’on dit…

— N’ayez pas peur… j’ai l’habitude…

— On s’instruit, vous comprenez…

— Pour sûr ! y en a qui disent qu’on s’instruit en voyageant, mais on en apprend beaucoup plus en écoutant à table ! C’est moins fatigant et moins dépensant…

Là-dessus, Eudoxie partit pour la salle à manger. Quand elle en revint, Prudence la questionna :

— Ça va ?