Page:Fiel - Prudence Rocaleux, 1945.pdf/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.
12
prudence rocaleux

— C’est un compliment qui compte, à part que le mot vieille n’est pas encore pour moi, et que cette façon d’être accrochée me donne l’idée que je suis un peu une huître à son rocher.

Cette fois, les trois maîtres unirent leurs rires, et Prudence les contempla d’un air dédaigneux. Quand cette gaieté se fut un peu calmée, elle reprit :

— Je vois que vous êtes comme mon ancienne patronne. Bien souvent, elle riait de ce que je lui disais, et ce n’était pas toujours drôle ; mais je sais que les gens qui se payent des domestiques n’ont pas les mêmes idées que nous autres.

Elle rentra dignement dans sa cuisine.

Quand la porte fut close derrière elle, Jacques eut un rire en murmurant :

— C’est une vraie perle, un peu baroque, mais une perle. Vous aviez raison de dire qu’elle était originale.

— Quant à moi, je prévois que votre liberté d’action dans votre intérieur se trouvera assez compromise ; elle est un peu tambour-major, votre servante, et elle vous conduira ferme.

— Vous m’ouvrez une perspective de beaux jours… Enfin ! pourvu qu’elle soit honnête, soupira Mme Dilaret. Elle a un bon certificat, je suppose que c’est mon épicier qui me l’a envoyée.

Mme Dilaret quitta la table pour retourner dans le studio où son mari et son fils la suivirent. Ce dernier prit une revue, tandis que son père continuait la lecture de son journal.

Prudence apporta le café et repartit en silence.

Le breuvage odorant était exquis, et Jacques le savoura en connaisseur.

Puis chacun se rendit à ses occupations