Page:Fiel - Le fils du banquier, 1931.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chime, dans le vaste atelier où trois ouvriers étaient occupés.

Un homme se détacha du fond sombre de la boutique et vint au-devant des visiteurs :

— Le P. Archime !… Quel bon vent vous amène, mon Père ?… Vous n’aviez rien de cassé dans votre logement ?

— Non, mon cher Bodrot… je viens simplement vous proposer un bon ouvrier de mes amis…

— Ce beau jeune homme ?

— Lui-même…

— Où a-t-il travaillé ?

— Chez son père qui tenait un commerce… — Ah ! bon… c’est un apprenti…

— Mieux que cela, cher Bodrot… Mettez-le à l’essai et vous pourrez compter sur lui…

— Ce n’est pas mon genre de prendre des ouvriers qui manquent de pratique, mais pour vous faire plaisir, mon Père, je veux bien essayer… Jeune homme, démontez-moi cette serrure cassée, puis, vous la remonterez et vous me la poserez sur cette porte… Il faut qu’elle soit ajustée sans bavures…

De ses mains blanches et soignées, Gérard saisit l’objet désigné. Il eut vite enduit d’huile les vis, les ressorts, afin que les différentes pièces jouassent parfaitement. Il sut choisir les outils qu’il fallait sans une hésitation.

Repris par le plaisir de cette manipulation, il allait vite, sans tâtonnement, voyant rapidement ce qu’il y avait à parfaire.

Tout en causant avec le P. Archime, le patron Bodrot le surveillait du coin de l’œil. Il ne put s’empêcher de dire tout haut, au bout de quelques minutes :

— On voit que la profession ne lui est pas étrangère à votre protégé… La serrure le connaît…

Gérard n’était pas peu fier de cet éloge !… Il savait que ce n’était pas un compriment mondain, un éloge de surface jeté au hasard pour lui être agréable. Dans cet atelier où toute idée devenait une production, il fallait être une valeur, plus ou moins haute, mais une valeur.

Le P. Archime partit. Il eut un regard de compréhension vers Gérard, regard qui signifiait :

— Tout ira bien… Te voici enrôlé, tu es sauvé et ton père en même temps…

Gérard travailla jusqu’à 6 heures du soir sous l’œil intéressé de Bodrot. Il ne parlait pas, se donnant tout à son nouvel état Il souriait quand les ouvriers lançaient une facétie, mais il ne prenait pas la parole le premier.

Ses compagnons étaient un peu décontenancés par ses manières. Ils flairaient un mystère, et cependant, le nouveau venu semblait exercé dans ce qu’il entreprenait C’était un