Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et elle accepterait encore moins son nom maintenant. À quoi bon lui parier ? Elle souffrait sans doute suffisamment de la perte de sa beauté, et il était peu charitable de la torturer encore dans sa fierté et dans son cœur.

Il la salua profondément avec quelques mots de compassion relatifs à cet accident affreux et il partit.

Christiane le suivit du regard. Elle le vit qui disparaissait, les épaules voûtées, comme celles d’un malheureux

Elle rentra dans sa chambre, où sa mère vint la rejoindre quelques instants après.

— Tu perds complètement la raison, ma fille… Tu es libre de ne pas être coquette, mais, encore ne faudrait-il pas te présenter comme un épouvantail… Je constate que la fréquentation des pauvres t’est nuisible. Tu donnes ta fortune tu détruis ton visage… Je croirai bientôt que ton étourderie a été voulue !

Mme Gendel entendit un sanglot sortir des lèvres de Christiane. Elle pensa être allée trop loin et comme son cœur était sensible, elle essaya de consoler.

Elle parla de remèdes merveilleux. Christiane l’écoutait sans répondre.

Devant son esprit, Robert Bartale se dressait avec sa douleur.

Elle se demanda si elle n’avait pas commis un crime en se dérobant à tant d’amour.