Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rez-moi, aujourd’hui, comme si je n’existais plus. Vous m’avez assuré que ma beauté vous plaisait, il n’en reste rien… Oubliez-moi… Je ne suis pas créée pour le bonheur… Je vous ai fait entendre que je ne voulais pas me marier, vous avez insisté.

— Mais, vous m’aimiez ! clama-t-il brusquement, comme s’il poussait un cri de détresse.

— Je vous aime, osa-t-elle répondre presque bas, mais il est trop tard pour vous le dire, mon visage ne guérira pas.

Il avait peur de la regarder Un effondrement l’anéantissait. Cette expression suave qu’il se plaisait à évoquer disparaissait sous le gonflement de la peau. Les yeux se devinaient dans la fente que laissaient à peine ouvertes les paupières tuméfiées.

Le front noble était enflé et la bouche, jadis si fine, s’avançait déformée.

Les traits ne conservaient plus rien de la grâce qu’il aimait.

Il ne parlait plus. Deux larmes coulaient le long de ses joues.

Il restait debout devant elle et ne savait plus ce qui advenait de son amour. Vivait-il encore ? La perception de ce qui se passait en lui échappait à son contrôle et son esprit. ébranlé n’assemblait plus deux idées.

Une seule triomphait : il était vaincu.

L’éloquence qu’il sentait en soi, le matin, s’était enfuie d’un seul trait. D’ailleurs, rien n’était à dire, ni à tenter. Elle ne voulait pas l’épouser