Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tu as déjà vu des amoureux gais... toi ? Le doute tourmente leurs figures tendues… « M’aime-t-il autant que je l’aime ? » telle est la question écrite sur leurs fronts soucieux…

— C’est un doute facile à éclairer… Il y a les paroles et les preuves…

— Mon histoire n’est pas celle-là ! Je suis seule éprise… Mon partenaire, appelons-le ainsi, ignore mes sentiments…

— C’est plus compliqué, j’en conviens…

— J’ai rencontré ce monsieur il y a près d’un mois chez un de mes professeurs, dont il est le parent… Je l’ai revu, il réalise mon idéal et me plaît extrêmement… Tu sais que j’ai de la tendresse plein l’âme, comme on possède une surabondance d’iode ou d’albumine… À la vue de cet inconnu, mon cœur a pris feu… Telle que tu me vois, je suis une torche qui flambe ou un flambeau qui se consume, à ton choix…

— Et tes théories ?

— Ah ! ma chérie, les théories ! ce qu’elles valent peu de chose devant l’être qui nous conquiert !… Mère, qui me trouve osée en paroles, ne se doute guère combien je suis timide devant celui que j’aime, car je l’aime, Christiane, et tu peux me plaindre.

— Je te plains, répondit Christiane en souriant.