Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/198

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Que de femmes seraient reconnaissantes de la part que tu as ! La jalousie est un monstre affreux qui torture.

— Tu le sais par expérience ?

Christiane se reprit et riposta en riant :

— J’ai tant lu ces temps-ci, et précisément sur ce sujet… tu te souviens combien je m’identifie aux héros… J’ai vu dans un de ces romans une malheureuse femme en butte à ce démon… Je l’ai plainte.

— Tu me rassures, répliqua Bertranne, non moins gaîment. Pour en revenir à mon bonheur, c’est sans doute parce que je ne l’ai pas conquis que je le savoure moins… Mais n’ergotons pas. Je deviens une femme