Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/138

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment ce dont elle avait tant souffert et de plus il l’accusait, elle aussi, de ces manèges de coquette frivole qu’elle avait en horreur.

La courtoisie est une science difficile. Quand les instincts sont en jeu, il est très compliqué de rester maître de ses paroles.

Robert n’eut pas plus tôt laissé tomber ces phrases injustes qu’il les regretta.

Il se rapprocha de Christiane pour essayer de pallier son inqualifiable attitude, mais elle était trop blessée pour rester calme. D’un geste irréfléchi elle sonna pour appeler un domestique.

Robert fut mortifié, comme il s’il recevait un soufflet.

Quand la femme de chambre entra, elle dit simplement :

— Prévenez le chauffeur que M. Bartale prendra l’auto pour repartir.

Le jeune homme comprit qu’elle ne désirait plus que son départ, et, la saluant profondément, il sortit, les traits convulsés.

Dès qu’il fut hors de l’hôtel, il négligea la voiture et partit à pied, en proie à une fureur concentrée, qu’il ne pouvait refréner. Un besoin de parler de la jeune fille le harcelait et le conduisit chez les Lavique.

Le couple déjeunait quand on l’introduisit.

Comme les événements surpassaient son sang-froid, il se précipita dans la salle à manger, à la suite du domestique, et il s’écria sans préparation :

Mlle Gendel est folle…