Page:Fenelon - Aventures de Telemaque suivies du recueil des fables, Didot, 1841.djvu/497

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
480
FABLES.

une digne dame du lieu. Leur hymen fut célébré la nuit, et ils se trouvèrent l’un et l’autre très-beaux et très agréables. Il ne faut rien chercher au-dessus de soi, ni se flatter sur ses avantages.





XI. L’Abeille et la Mouche.




Un jour, une abeille aperçut une mouche auprès de sa ruche. Que viens-tu faire ici ? lui dit-elle d’un ton furieux. Vraiment, c’est bien à toi, vil animal, à te mêler avec les reines de l’air ! Tu as raison, répondit froidement la mouche : on a toujours tort de s’approcher d’une nation aussi fougueuse que la vôtre. Rien n’est plus sage que nous, dit l’abeille : nous seules avons des lois et une république bien policée ; nous ne broutons que des fleurs odoriférantes ; nous ne faisons que du miel délicieux, qui égale le nectar. Ôte-toi de ma présence, vilaine mouche importune, qui ne fais que bourdonner, et chercher ta vie sur des ordures. Nous vivons comme nous pouvons, répondit la mouche : la pauvreté n’est pas un vice ; mais colère en est un grand. Vous faites du miel qui est doux, mais votre cœur est toujours amer ; vous êtes sages dans vos lois, mais emportées dans votre conduite. Votre colère, qui pique vos ennemis, vous donne la mort ; et votre folle cruauté vous fait plus de mal qu’à personne. Il vaut mieux avoir des qualités moins éclatantes, avec plus de modération.


XII. Le Renard puni de sa curiosité.




Un renard des montagnes d’Aragon, ayant vieilli dans la finesse, voulut donner ses derniers jours à la curiosité. Il prit le dessein d’aller voir en Castille le fameux Escurial qui est le palais des rois d’Espagne, bâti par Philippe II. En ar-