Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/96

Cette page n’a pas encore été corrigée


88 A LA BRU NANTE. J’aurais donné tout au monde pour faire savoir de mes nouvelles au moulin ; mais le temps pressait, paraît-il ; les Américains voulaient encore tâter du bout de nos crosses de fusils, et nous nous mîmes à battre les environs. Ce ne fut que deux mois après que je retrouvai le tour d’écrire. On me nomma garde-magasin à Montréal ; et pendant tout cet hiver là, je me suis fait bien du mauvais sang, car les nouvelles ne m’arrivaient pas régulièrement. Je les recevais presque toujours par l’entremise de quelque camarade, et je paraissais être oublié au moulin, lorsqu’un beau matin, le sergent vaguemestre me remit ce billet. Le père Michel tira de son gousset un petit portefeuille noir, et en déroula un morceau de papier jauni qui enveloppait sa médaille de Châteauguay. — Tiens, lis-le, Henri, dit-il : je l’ai conservé, car c’est écrit par mon pauvre parrain. Il disait : Beaumont, ce 15 Février 1813. Mon cher Michel, Je ne suis pas bien, et en attendant ton retour qui, je l’espère, aura lieu prochainement, j’ai été obligé de prendre Pitre Belours pour m’aider. J’étais trop