Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/92

Cette page n’a pas encore été corrigée


III. LA MEUNIÈRE DU MOULIN. — Je n'eus guère le temps de pleurer les bonnes gens de chez nous. A peine installé dans la ca¬ serne de Québec, on commença par nous briser au métier et par nous faire faire des marches à gauche, à droite, en avant, en arrière, en échelon, que sais-je, moi? sous la conduite d'un caporal rouge, flanqué