Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/9

Cette page n’a pas encore été corrigée


A LA BRULANTE. LA FEMME A L’AIGUILLE. I. NON. Alice avait dix-neuf ans et les portait de la manière la plus ravissante possible sur ses joues ro¬ sées, qu’un rayon de notre soleil s’était amusé à brunir. A la voir passer rêveuse, le sourire sur les lèvres, effleurant les marguerites des champs du bas de sa robe de gaze, les cheveux légèrement dérangés par