Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/83

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MOULIN DE LA MEUNIÈRE. — J’ai été jeune, moi aussi, Henri, bien qu’à force de rides et de cheveux gris, cela ne paraisse plus maintenant. Ah ! dans ces temps-là, c’était le bon moment pour vivre ! Au coin du feu, le soir, les anciens ber¬ çaient les enfants en leur racontant les malheurs de