Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/77

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE PÈRE MICHEL. I. SOLEIL DE MAI. Le soir de la Saint-Michel, j* écoutais le vent de Nord-Est passer en gémissant entre les branches dénudées des peupliers qui bordent mon jardin. Il tordait leurs grands faîtes désolés par la grive et la tourmente ; puis descendant et miaulant le long de