Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/73

Cette page n’a pas encore été corrigée


SJJNT LACRYMÆ RERUM. La veille de la Toussaint de 1866, quatre ans après, je visitais en compagnie de quelques amis l’asile de Beauport. Dans les immenses prairies qui entourent ce château de la folie, les pauvres d’esprit allaient se promenant et causant entre eux de leurs