Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/68

Cette page n’a pas encore été corrigée


6o A LA BRÜNANTE. Mon pic en main, je fais la carte : Le gazon vert sert de tapis. Je mêle, et personne n’écarte : Mes beaux joueurs sont endormis ! Et puisque la besogne est faite, Vite ! buvons un petit coup ! • Cela vous met le rire en tête, J’ai soif, et j’ai creusé mon trou ! III. Le soir venu, je siffle et j’erre, Souriant à mes croix de bois : Seul avec mon vieux cimetière J’ai l’air ainsi d’un bon bourgeois. Je baie aux cieux, puis je fredonne , Entre mes dents un air ancien : A mes pieds, l’insecte bourdonne, L’herbe épaissit et monte bien. Et puisque la besogne est faite, 'Vite ! buvons un petit coup ! Cela vous met le rire en tête, J’ai soif, et j’ai creusé mon trou ! IV. Un jour pourtant, notre camarde Me couchera dans le sainfoin. Là, près du mur qui se lézarde\t Mais, je ne vais pas dans ce coin ! La mort est triste et je l’abhorre ! J’ai peur de dormir là-dedans\t C’est pour cela que dès l’aurore Je creuse et bois, tuant le temps. Ma gorge est une large fosse Où la mort glisse à petits pas. Un fossoyeur chante et se gausse Jusqu’à l’heure de son trépas.