Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/65

Cette page n’a pas encore été corrigée


BELLE AUX CHEVEUX BLONDS. 57 — Il y aura de cela vendredi prochain trois mois, commença Ulric Bertrand, en essuyant sa grosse moustache rousse ; c’était dans la nuit de la Sainte - Catherine. Le matin même, notre protecteur nous avait déli¬ catement insinué dans les trompes d’Eustache, que la table de dissection avait faim, et je ne fus pas long à arranger une petite expédition avec Marc Beaulieu et Augustin Marchand, que je rencontrai flânant au Terrapin. Le soir de la Sainte-Catherine, nous étions donc en route, cheminant de l’autre côté du fleuve, sur le chemin du roi de Longueuil. Une neige floconeuse l’argentait, et notre cariole, traînée par un bon che¬ val, loué chez Dumaine, allait grand train, malgré une énorme cruche de Molson surveillée amoureusement par Augustin, et un immense paquet de conserves que ce gourmand de Marc avait songé à apporter. Pour ma part de gâteau, je m’étais chargé d’une pelle, de deux pics, de deux cordes, menus objets nécessités par notre voyage, et c’était vraiment plai¬ sir d’entendre de temps à autre, l’harmonieux cli¬ quetis que -tout cela rendait ensemble, quand ces objets se rencontraient au fond d’un cahot. Ils exé¬ cutaient une musique qui sentait son cadavre à trois cimetières à la ronde. Le tout trottinait à merveille, ne s’arrêtant de temps à autre que pour nous permettre de boire un coup dt hot scotch, aux auberges connues de.l’inté-