Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/64

Cette page n’a pas encore été corrigée


56 A LA BRUNANTE. — La chose est toute simple, Ulric, et riez de moi si vous voulez, messieurs, mais je ne puis prendre sur moi de vaincre mon extrême répugnance à tailler dans la chair humaine ; peut-être cela viendra-t-il plus tard, car il le faut bien ! ajouta-t-il, en poussant un profond soupir. — Allons donc ! interrompit la bande joyeuse, Jules Porlier ! le plus fort étudiant de première année, trop femmelette pour donner un coup de scalpel. J’ai une recette infaillible pour vaincre ta répu¬ gnance, reprit Ulric Bertrand. — Et cette recette ? dit Jules. — L’école a besoin de sujet, viens avec nous ; tu nous aideras à faire notre prochaine razzia. — Oh ! pour cela, non ! répondit Jules, d’un ton qui n’admettait pas de réplique. — Le truc n’est pas malin, et pourtant je n’ose pas te blâmer, Jules, reprit Ulric Bertrand, car moi qui te parle, j’ai bien eu mes petites répugnances. Mais aujourd’hui, c’est différent ! je crois sincère¬ ment que je serais de force à enlever le meilleur ami de mon père — mort, ça s’entend — pour en faire un sujet. Il ne naît pas un chirurgien sans qu’il en coûte à l’humanité, et comme je me sens en verve ce soir, je veux vous raconter un épisode de mes nuits de résurrectionniste. A votre santé ! mes tourlou¬ roux. — Salut ! reprit la troupe altérée, en chargeant à qui mieux mieux, pipes, bouffardes et cudmers dans l’immense pot à tabac placé auprès des bouteilles.