Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/61

Cette page n’a pas encore été corrigée


BELLE AUX CHEVEUX BLONDS. 53 à maîtriser le mal, et, de l’avis de la tante Marguerite, il ne restait plus maintenant, qu’une seule voie de salut — les Saintes-Huiles, — ce que le curé essayait très-pieusement en ce moment, administrant l’Ex¬ trême-Onction au milieu des pleurs de la petite famille, qui, en sanglots, récitait la prière des agoni¬ sants. Jules était abîmé dans son insondable douleur ; il n’entendait rien, ne voyait rien, ne comprenait rien au drame lugubre qui se passait ; la morne ivresse du désespoir venait de le saisir. Autour de lui, on psalmodiait, et la vieille servante Gertrude en était déjà venue à ce verset de la prière suprême : — Offerentes enam in conspectu Altissimi. Le pauvre M. Bernard vieilli de six longues années depuis le réveillon de minuit, répondit alors en san- glottant : — Ma pauvre Rose est finie !\t% Jules se prit la tête dans ses deux mains et mur¬ mura lentement : — Oh ! mon Dieu! s’il est possible que pareil calice d’amertume puisse s’approcher de nouveau d’une lèvre humaine, donnez-moi la science pour le briser, et faites-moi médecin pour que je puisse en sauver d’autres, en souvenir d’elle.