Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/53

Cette page n’a pas encore été corrigée


BELLE AUX CHEVEUX BLONDS. 45 paix le rude coup de fourchette de minuit, on enten¬ dait venir clair et timbré le rire argentin de la jeune fille à travers les rumeurs qui arrivaient du salon. Le père Bernard venait d’y faire son entrée, ayant à son bras madame Robidoux, la mairesse, et profi¬ tant du moment où le rhum blanc laissait errer sur les anciens, une bouffée de jeunesse, aux applaudisse¬ ments de tous, il organisait un menuet. Danseurs et danseuses finirent par prendre place au milieu des sonores invitations de M. Bernard, et bientôt tous ces beaux et toutes ces élégantes du temps passé se mirent en branle, aux sons joyeux de deux violons et de la voix aigrelette d’une vieille clarinette. Le plaisir régnait en maître sur ces têtes, et, pro¬ fitant de la joie générale, Rose s’était glissée auprès d’une fenêtre, défendue par de grands rideaux rouges, achetés à l’enchère des meubles du seigneur ruiné. Là, une douce causerie avec son cousin Jules l’at¬ tendait.