Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/5

Cette page n’a pas encore été corrigée


A J. A. N. Pkovencher, HOMME DE LETTRES. Un soir que je causais avec un ancien camarade des amertumes et des improbabilités de la vie> il m'inter¬ rompit, en me disant : —Bah ! quant à moi, je suis certain de mon heure / Et il se mit à me raconter dans un style dont je renonce à reproduire le pittoresque, la plus fantastique de toutes les histoires. —Il n'y a pas longtemps, me dit-il, j'étais en train de fumer la pipe auprès du poêle. Ma femme veillait chez le voisin, et j'étais seul à tisonner mon feu, lorsque tout-à-coup je vis poindre, dans le rayon de lumière qui jaillissait hors de la bûche pétil¬ lante, une blonde tète cl enfant.