Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/44

Cette page n’a pas encore été corrigée


36 A LA BRUNANTE. le de Profundis et le chapelet Pie Jesu Domine. Cela avait bien pris deux bonnes heures, et pendant que je récitais, ma femme pieuse et recueillie berçait tout doucement Joseph, encore plus doucement qu’elle ne le faisait autrefois pour l’enfant du forgeron Nadeau. Le petit s’était endormi, et rien qu’à entendre sa respiration douce et régulière, le sommeil nous était venu. Je songeais, chaudement roulé dans mes draps, à ces pauvres morts qui, par tous les temps et par toutes les saisons restent exposés à l’oubli des vivants, lorsque tout-à-coup j'entendis venir une voiture, par le chemin du roi. C’était chose bien ordinaire dans la paroisse, mais à mesure que le roulement des roues se rapprochait, il me prit une singulière idée, et je ne pus m’empê¬ cher de trouver, à la manière dont le cheval posait ses fers sur la route, le pas et l’allure de ce pauvre Pètillard, un cheval que nous avions eu autrefois, et qui s’était malheureusement brisé les reins dans la côte du Gros Pin, en menant un traîneau chargé de bois de corde, à la ville. Cette pensée me ramena vers le passé, et j’allais m’y laisser entraîner bien tranquillement, lorsque la voiture s’arrêta tout droit, en lace de la maison. La porte que j’avais fortement fermée au verrou, tourna muette sur ses gonds ; je le sentis bien, à un vent coulis qui se glissa sous ma couverture.