Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/40

Cette page n’a pas encore été corrigée


32 A LA BRUNANTE. était morte, le modeste ameublement de ses quatre chambres, une vache, une charette et un harnais, plus la somme de trente louis sterling en rente annuelle et puis.... c’était tout. Pas une seule parole d’oubli et de réconciliation au milieu de ses pattes de mouches noires et serrées, qui avaient bien rapporté une bonne guinée à ce coquin de notaire Cloutier. En recevant cette triste nouvelle, je pleurai long¬ temps comme un enfant, et, dans mon chagrin, j’en étais venu à prendre mon mariage en grippe, et à regretter le jour où j’avais vu Ursule s’en venir faner dans le pré Bédard; car vois-tu, Mathurin, s’il est naturel d’aimer sa femme, il ne l’est pas moins de toujours chérir sa mère, et je ne pouvais parvenir à m’ôter de l’esprit la pensée que la mienne avait encore devant elle de longues années, si je ne l’eusse pas si lâchement abandonnée, pour courir après la petite Ursule Trépanier. Quelles tristes heures j’ai passées à cette époque ! Il me semblait n’avoir jamais été heureux de ma vie, car nous sommes tous ainsi faits, paraît-il. Vienne la joie, on oublie les larmes ; est-ce le tour des san¬ glots, ils effacent bien vite les sourires du passé, et il en est alors comme si rien n’avait existé pour l’âme rieuse ou attristée., Ce fut en proie à ces idées noires que je fis le voyage de Beaumont à Charlesbourg. La maison où s’étaient écoulés mes jours d’autrefois n’était point changée. C’était bien au pied de ce