Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/38

Cette page n’a pas encore été corrigée


30 A LA BRUNANTE. ira à merveille dans le paysage, d’autant plus que nous le boirons à la santé du missionnaire de la Riviére-Rouge. Je fis comme il le voulait, et nous bûmes lente¬ ment. Quand il eut remis son verre sur la table, le père Chassou prit sa pipe, la bourra, l’alluma au poêle, et, après avoir tisonné l’érable qui chantait, il reprit son fauteuil en disant : — Et maintenant, il me faut terminer mon dou¬ loureux récit, bien qu’il renferme des choses qui vont te faire dresser les cheveux sur la tête. Ma condition, chez le docteur Holmes, n’était pas très enviable. Il avait un caractère hautain, inégal, difficile à comprendre, et encore plus difficile à servir. Néan¬ moins, j’endurais pour l’amour de ma femme, et j’économisais tout ce que je pouvais, en prévision de ses couches prochaines. Dix mois de cette vie de peines et de servitude étaient passés, lorsqu’un gros garçon, bien portant et bien joufflu, s’en vint prendre place dans le ber¬ ceau en bois blanc, que j’avais façonné de mes propres mains, pour l’offrir en cadeau à Ursule. Cette naissance me causa double joie ; j’avais main¬ tenant auprès de moi une seconde ressemblance de sa mère, et puis, je me disais souvent en l’endor¬ mant qu’il serait peut-être un jour le jalon qui me conduirait au pardon de la mienne.