Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/34

Cette page n’a pas encore été corrigée


26 A LA BRUNANTE. Seulement je fus tiré de ce rêve d’adieu, par le contact d’une douce main qui s’appuyait chaudement sur mon genou ; puis une voix murmura : — Edouard, que fai tes-vous donc là? vous allez vous enrhumer. C’était Ursule Trépanier qui, de sa fenêtre, m’avait aperçu au clair de la lune. En l’entendant me parler ainsi, mon cœur se gonfla ; il me fallut lui avouer la poignante vérité. Baptiste Loupret avait eu raison, la jeune fille avait autant de courage que d’affection ; en voyant ma volonté, elle dit d’un ton ferme : — Puisque vous partez, Edouard, je partirai avec vous, et, si vous le voulez, nous nous marierons à Québec, le plus tôt possible. Toute seule je n’ai pas craint la misère ; à* deux, nous en ferons ce que nous voudrons. Hélas ! Mathurin, que puis-je ajouter, maintenant ? Au petit jour, j’allai décrocher mon violon ; je roulai quelques hardes dans mon mouchoir, puis, entrant dans la chambre à coucher de ma mère, je me penchai doucement, bien doucement le long de son oreiller, crainte de l’éveiller, et lui donnai un interminable baiser. Quinze jours après, j’étais marié sans avoir pu obtenir le consentement de ma mère ! Seulement elle m’avait fait remettre par le docteur Holmes chez qui j’étais garçon de bureau, cette tabatière en or,