Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/339

Cette page n’a pas encore été corrigée


HISTOIRE DE TOUS LES JOURS. 333 à l’énergie duquel il devait une partie de sa carrière dorée. Fièvreusement nous décachetâmes le pli officiel. L’Honorable M. Bour faisait savoir à M. Paul Arnaud, qu’il était nommé facteur du bureau de poste de Québec, avec émargement de cent louis par année. VI. Tous les jours, vous croisez sur le trottoir un pèle¬ rin allant droit devant lui avec la régularité de l’oiseau de passage, marchant leste et joyeux par la pluie, par le vent, par la neige, par la canicule, et ne s’arrêtant que pour lever de temps à autre le pied de biche d’une porte. On ouvre : une main blanche apparaît, presse dis¬ crètement l’objet reçu ; puis, le voyageur se remet* dans l’espace. A peine, lorsqu’il vous coudoie, lui accordez-vous un regard distrait, et pourtant cet homme a une mission de la Providence. Voyez le sac de cuir qui pend à son côté : il recèle mystérieusement une partie des joies et des douleurs du quartier. Maintenant, passez, la tête haute : demain, vous viendrez vous incliner devant lui pour recevoir votre quote-part de ce qui se cache dans sa besace > car »