Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/333

Cette page n’a pas encore été corrigée


HISTOIRE DE TOUS LES JOURS. 327 pas sur le programme de la soirée. Je me suis épar¬ gné cette corvée assez adroitement, et n’y ai guère perdu au change. Vois ce qui se passe à côté de nous. Un robuste nez rouge surgissant tout étonné au milieu de longs favoris rouges taillés à la Dundreary, se dressait orgueilleusement sous un gigantesque lorgnon. Deux jambes longues et imperceptibles s’échappant d’une tunique rouge, elle aussi, où une asperge aurait été mal à l’aise, servaient de base à cet objet curieux qui représentait le plus interminable des officiers du Royaume-Uni d’Angleterre, d’Irlande et d’Ecosse. C’était un major du 7ème fusilier léger. Le malheureux, en ce moment, menait une disser¬ tation sur le langage des fleurs, avec une pâle An¬ glaise qui lui répondait par des questions sur la charge de Balaklava. Rien de curieux comme les deux idées fixes de ces jouvenceaux sur le retour. L’un avait le Xérès tendre ce soir-là et s’était juré de faire ce qu’il n’avait entrevu que de très-loin pendant sa carrière militaire — une conquête — Ma¬ demoiselle avait la tête remplie du livre à la mode “ Kingslakc's Crimea, ” et, retournant sur le dernier champ de bataille, y tenait solidement son major. Alors celui-ci, bon gré mal gré, enfourchait son coursier pour mieux suivre l’imagination belliqueuse de son interlocutrice ; mais infailliblement, il venait se désarçonner sur le bouquet qu’elle tenait noncha¬ lamment à la main, et recommençait à effeuiller d’un