Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/329

Cette page n’a pas encore été corrigée


HISTOIRE DE TOUS LES JOURS. 323 V. Rien n’atrophie plus vite et plus sûrement notre pauvre nature humaine que la fourberie et le men¬ songe. Les déceptions, le découragement, les expé¬ riences précoces sont autant de fenêtres ouvertes par où pénètre la phthisie du doute, et malheur à l’âme qu’elle caresse de son mortel frisson ! Paul heureusement avait un caractère profondé¬ ment religieux. A ses moments de désillusions, il s’était fait une loi de se rappeler cette pensée d’un saint livre, qui l’avait frappé, un jour que le mal allait le gagner : — Souffrir avec résignation doit être la plus grande ambition de l’homme, car si l’ennui n’était pas un mal, les anges eux-mêmes lui envieraient ce privilège. Paul se résigna donc et moi j’écoutais son cœur saigner; car recommencer le métier de suppliant, faire anti-chambre à la porte de ces heureux du monde qui s’enferment aussi hermétiquement dans leur bonheur, que des huîtres dans leurs coquilles, était devenu un poids au-dessus de nos forces réunies. Il habitait encore ma chambre, n’ayant plus même le courage d’aller voir sa sœur. Le temps passait toujours, et franchement je ne voyais plus d’issue à cet avenir, lorsqu’une idée soudaine me frappa.