Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/321

Cette page n’a pas encore été corrigée


HISTOIRE DE TOUS LES JOURS. 315 remboursement d’idées qu’il ne saurait avoir, enverra carilloner à sa porte pour demander de la copie. Le jour où sa réputation sera usée, où son cerveau desséché et aride ne produira plus rien, V article à faire se fera encore. Un autre aura remplacé l’assistant-rédacteur dans la machine, et le Drapeau de V Union sortira plus frais que jamais. Paul avait franchi en huit jours la distance qui sépare la correction des épreuves de l’article à faire. Sa constitution, déjà façonnée au travail, ne souf¬ frait pas trop de ce régime de forçat : la tâche se faisait à merveille, et M. Martineau frappait son gousset — signe de jubilation chez lui — en songeant à l’ex¬ cellente acquisition qu’il venait de faire. Lorsque la caisse chômait, le pauvre garçon avait bien à souffrir quelque peu les brusqueries du pro¬ priétaire, mais l’habitude en était venue d’autant plus vite qu’aux jours de liesse et de billion, il fallait — non moindre danger — endurer sans sourciller ses plus minutieuses confidences. Tout allait donc pour le mieux. Paul avait le nécessaire : Noémie de jolies robes, de beaux livres et son couvent à volonté, lorsqu’un matin le rédacteur de l’Etoile Libérale s’avisa de chercher querelle au Drapeau de V Union. Dans un de ses articles politiques Paul avait cru bon de dirç :