Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/32

Cette page n’a pas encore été corrigée


24 A LA BRUNANTE. — Oui, tu te compromets, et, ce qui est pis encore, car un garçon s’en retire toujours, tu la compromets aussi. La mère Sauviatte, en m’apportant une nou¬ velle graine de concombre, est venue me parler de tout cela aujourd’hui. Le bruit court dans Charles- bourg que tu vas te marier avec Ursule Trépanier; elle s’est vantée elle-même d’avoir reçu de toi une paire de boucles d’oreilles. Elles sont en or, paraît- il, et, pour te les procurer, tu as dû sacrifier une partie du salaire gagné à la fenaison. Or, tu n’ignores pas l’usage du pays : fillette recevant cadeau devient fiancée. Je te crois trop sage pour faire pareille folie. Rien ne presse, Edouard ; reste avec moi ; cela ne te coûtera rien ; nous vivrons tant bien que mal, et avec le peu que nous possédons, il y en aura toujours assez pour faire bouillir la marmite. Comme tu as du temps devant toi, tu finiras, d’ici à ce que tu atteignes la trentaine par faire des économies ; alors tu te marieras, si le cœur t’en dit, avec une jeune fille qui te conviendra mieux sous tous les rapports qu’Ursule Trépanier, une sans-le- sou, qui n’a que l’œuvre de ses dix doigts pour dot ! Ces dernières paroles se perdirent au milieu du bourdonnement du rouet qui filait toujours. Ma mère était penchée sur sa navette, la tête perdue dans ses pensées ; moi, je pris silencieuse¬ ment mon chapeau, et m’en allai errer à l’aven¬ ture, à travers champs. Je ne sais vraiment comment cela se fit ; mais je me trouvai tout auprès de la maisonnette de Joseph