Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/294

Cette page n’a pas encore été corrigée


288 LES BLESSURES DE LA VIE. L’enfance est un peu Néron dans ses jeux et ses plaisirs tyranniques; aussi l’impitoyable supplice se répétait-il avec force variations, à chaque sortie de classe, sans pour cela lasser l’incroyable impassibilité de Paul. On aurait dit ce garçon-là en train de con¬ sidérer la vie comme une de ces chinoiseries que Dieu sans doute jeta sur terre, avant d’y laisser cheoir la patience. Ces drôleries, qui amusaient tant les autres, auraient duré longtemps, lorsqu’une après - midi d’hiver, — c’était jour de congé, — cherchant une adresse dans le faubourg Saint-Roch, et ne sachant plus à qui parler pour m’orienter, j’avisai un ouvrier vers le milieu de la rue Fleury, et lui demandai de me rensei¬ gner. — Informez-vous à l’écolier d’en haut ; il doit con¬ naître ce bourgeois-là, me répondit-il, en m’indi¬ quant une petite porte de cour, entr’ouverte, don¬ nant sur un escalier qui grimpait le long d’un balcon enneigé. Je me laissai conduire par la rampe, et bientôt me trouvai en face de l’entrée d’un galetas. Après avoir frappé inutilement, j’ouvris. Paul, agenouillé aux pieds d’un poêle, essayait de réchauffer de son haleine quelques charbons mou¬ rants. Près de là, sur une table en bois blanc, gisaient une miche de pain,' un morceau de fromage sec et quelques tessons de faïence prenant de faux airs d’assiette : à l’autre extrémité de ce meuble, dor¬ maient ses livres de classe.