Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/279

Cette page n’a pas encore été corrigée


A LA VEILLÉE. 273 le grand apôtre, au jour de la pêche miraculeuse. Depuis, le dos grisâtre du poisson porte en noir l'empreinte de trois des doigts du chef de l'Eglise. Tous ne sont pas rangés dans cette pieuse catégo¬ rie, pourtant ; car en ce moment, Madame Tanguay, debout devant moi, une assiette de faïence à la main, me disait : — On est loin des vieilles paroisses, ici ; et nous n'avons pas toujours ce qu’il nous faut dans une place nouvelle. Il est difficile pour nous de vous offrir des biscuits, M. Henri : les effets et la fleur de bled surtout sont si chers chez les marchands ; mais prenez toujours et excusez du peu. C'étaient des beignes cuits dans l'huile de pour- cil ; tout le monde y mordait à belles dents. Je fis de même, et ma foi ! ça n’était pas mauvais. Pendant que nous nous rafraîchissions, Jérôme ne pouvant rester inactif, se prit à nous chanter une jolie ballade que je n'ai vue publiée nulle part, quoi¬ que Gérard de Nerval en ait recueilli une dans l'Ile de France, qui lui ressemble beaucoup. (1) Celle JJJ(i) Ecoutez un chant sublime du pays de Senlis. — tout en assonnances dans le goût Espagnol. Le duc Loys est sur son pont, Tenant sa fille en son giron. Elle lui demande un cavalier, Qui n’a pas vaillant six deniers ; — “ Oh ! oui mon père, je l’aurai, Malgré ma mère qui m’a portée ; Aussi malgré tous mes parents, Et vous, mon père Que j’aime tant.