Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/276

Cette page n’a pas encore été corrigée


270 A LA BRUNANTE. impitoyable marche, et une demi-heure après, il traversait le village de Kamouraska qui se trouve à une bonne et longue distance de 1* endroit où nous étions. Le lendemain, je trouvai sur les planches du pont Saint-Denys quelques gouttes de sang caillé. Elles avaient suinté des pieds endoloris de celui qui, rencontrant Jésus sur la route du Calvaire, se mit à rire de ses chûtes, puis à ridiculiser son pas alourdi par les péchés de l'homme, et en expiation fut condamné lui et sa race, à faire sans cesse le tour du monde, jusqu'au jour où ils se heurteront l'un et l'autre sur la croix du Christ revenu pour juger les hommes. Cette légende, très-populaire dans nos campagnes, eut pour effet de calmer Bidou qui se contenta de vider son verre d'un seul trait, en signe d'armistice avec Jean Bart. D'ailleurs, il n'y avait guère moyen de contredire le capitaine : c’était un rude matois, au poing velu et à l’écorce rude, qui ne souffrait pas l'inter¬ ruption. Si Jérôme Tanguay était né pour faire un monsieur, Létourneau avait eu pour lot, en venant au monde, de se trouver à point pour voir les choses les plus extraordinaires de la terre. Une de ses plus fortes croyances de marin, était celle qu’il avait vouée à la sirène.