Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/273

Cette page n’a pas encore été corrigée


IV, IA POÉSIE DES PAUVRES GENS. Ces terribles gasconnades, cousines germaines des aventures merveilleuses du Baron de Munchausen, et que je rapporte textuellement, telles qu’on les conta ce soir-là, auraient duré toute la nuit ; car Bidou, ne se tenant pas pour battu, nous menaçait d’un crescendo de verve. Il avait même débuté en disant à Jean Bart d’un ton narquois :