Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/269

Cette page n’a pas encore été corrigée


▲ LA. VEILLÉE. 26l bonne pour tout le monde, et puis, le père Bédard qui, lui, ne donnait qu’en réchignant, mais qui avait aussi bon cœur que son baleineau de femme. — Oui, oui ! je le vois encore monter sur le pont de la goélette, grand, maigre, tordu, difforme, allonger entre menton et nez sa perpétuelle grimace, et, tout frileux, se dorlotter en plein cœur de juillet, enveloppé dans ce que le commandant appelait “ un dolman fourré à la huzard” qui laissait voir ses longues jambes torses, enroulées dans une intermina¬ ble culotte nankin. Ah ! jour de Dieu !f si je le vois ? mais je le crois bien ! C’était le frère d’un juge, s’il vous plaît ? Quel dommage qu’il soit mort ! La graine de ces gens-là ne pousse plus tous les jours. — C’est d’autant plus difficile qu’il n’a jamais eu d’enfant. — Tiens, toi, Jean Bart, tu m’agaces avec tes histoires. Il est vrai de dire que la dernière que tu m’as conté était bonne; mais j’en retrouve une qui va te faire rendre des points. Allons, allume et écoutez-moi ça, vous autres. — Il y a deux ans, j’étais couché avec ma femme Javotte, que Dieu ait pitié de son âme ! Il faisait une vraie nuit de naufrages; la mer battait furieuse sur les galets ; un nordais terrible faisait des siennes, et l’on voyait noir, comme lorsqu’une âme éblouie parla présence de son juge sent que tout est fini et com¬ mence à dégringoler petit à petit vers le fond de l’enfer. Je dormais pourtant bien profondément sur mes deux oreilles, quand tout-à-coup je suis éveillé