Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/262

Cette page n’a pas encore été corrigée


254 ▲ LA BRUNANTE. d’arrière de son vaisseau, au moment où il regardait peut-être ce pavillon blanc, Couleur de France, qui avait mis l’assurance au cœur de sa belle, lors¬ que je fus tiré de ma rêverie par l’ami Jérôme qui faisait prendre une larme à ses convives. — Ça gratte ; mais c’est du bon, disait d’un ton de haute philosophie Lizotte, en remettant flegma¬ tiquement son verre sur la table. — Oui, ça aide à mettre le feu dessus, repartit Tanguay, qui en ce moment allumait sa pipe à la chandelle : à votre tour maintenant, capitaine Le- toumeau. — Je veux bien, fit tout simplement le capitaine, et il commença sur un ton triste : L’habitant qui ramène ses charrues, Le soir s’endort auprès d’enfants joufflus, Tandis qu’hélas ! nous, pauvres matelots, Pour seuls amis nous n’avons que les flots. Il y avait de la poésie là-dedans, et c’était avec délices que j’attendais la suite de la complainte, lorsque tout-à-coup le capitaine, passant sur son front sa manche de chemise, nous dit d’un ton chagrin : — Tiens, c’est curieux, je ne m’en rappelle plus. Dame ! il y a longtemps que je ne l’ai pas chantée. La dernière fois, c’était à l’Anticoste ; je veillais chez Gamache.