Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/260

Cette page n’a pas encore été corrigée


252 A LA BRUNANTE. — Allons donc, vas-tu te faire prier comme la fillette de ce ministre protestant que nous des¬ cendions .en goélette, l’été dernier. Avance, mon vieux, prends une cerise et lève la haussière. La cerise eut pour effet de rappeler à Lizotte qu’il savait la chanson du 25 Avril. Elle allait sur un air tendre et tout plein d’une mélancolie que je voudrais pouvoir rendre ici. C’était une complainte taillée à larges coups dans cette poésie un peu rugueuse qui va si bien aux gens de mer. A quelle date remontait-elle ? Je n’en sais rien ; dans tous les cas, elle appartenait à une période anté¬ rieure à la conquête. La voici, dans sa naïve simplicité, et je la donne avec d’autant plus de plaisir que je ne la crois pas connue : Le vingt-cinq Avril ! je dois partir Pour naviguer sur l'Amérique, Bonne frégate populaire. Quand nous fûmes ettchalouis, (l) Fallut hisser pavillon blanc, Couleur de la France, Ma belle, pour vivre en assurance. (1) J’écris comme Lizotte prononçait ce soir-là. Evidemment, enchaiouer vient du mot anglais shallow qui veut dire eau basse, batture, bas fonds. Enchalouer n’est pas le premier anglicisme qui se soit glissé chez nous. Champiain, & propos de Kertk, n’écrivait-il pas f — Etant acertainés de l’ennemi. Champiain, édition Laverdiôre, tome VI, p. 17&