Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/258

Cette page n’a pas encore été corrigée


250 A LA BRUNANTE. auxquelles se livrait ce joyeux monsieur Jérôme Tanguay. Il nous reçut en bras de chemises, et d’aussi loin qu’il nous vit venir, cria du perron de sa porte : — Pardon, messieurs, de vous recevoir pauvre¬ ment; ma maison n’est pas grande, et si personne ne manque au rendez-vous, nous allons bientôt y être serrés comme la fournée dans son four. — Mais, Jérôme, votre hospitalité n’en sera que plus chaude, lui dis-je en souriant. Nous entrâmes. Après, nous arrivèrent Lizotte, le capitaine Létourneau, Jacques Ross, le petit Descoteaux et Urbain Biais. Tous prirent place à qui mieux mieux autour de la chambre, et bientôt une conver¬ sation générale s’engagea sur la rareté de la morue qui, cette année-là, ne voulait pas donner sur les fonds. Jacques prétendait qu’elle était pourchassée par des mouvêes de marsouins qui ne cessaient de la guetter au large, tandisque Descoteaux soutenait qu’elle avait fui vers le Nord, et devait se tenir dans la Baie de Saint-Nicolas ou près de la batture de Maïiicouagan. De son côté, Urbain, sous prétexte que le hareng promettait, et que le blé serait d’une belle venue, voulut essayer de glisser son grain de sel à propos de la dernière élection ; mais comme on était là pour