Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/255

Cette page n’a pas encore été corrigée


▲ LA VEILLÉE. 247 M. Nicol, vous viendrez, n’est-ce pas? car si l’on me laisse tout seul, ça prendra plus de temps. Allons, à ce soir, messieurs ; j’ai l’honneur de me mettre en route. H partit, se dandinant, sa cruche sous le bras, comme un officier anglais qui porte son sabre, et voilà comme ce soir-là on aurait dit à celui qui serait venu me voir que je veillais en joyeuse com¬ pagnie chez mon nouvel ami, monsieur Jérôme Tanguay.