Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/250

Cette page n’a pas encore été corrigée


242 A LA BRUNANTE. grave expérience de l’aïeule et les grâces enjouées de l’enfant ? Deux boucles de cheveux dont l’une, blanche marguerite de cimetière cueillie sur la tempe de ma pauvre grand’mère, l’autre blond fil de la Vierge échappé du front prédestiné de mon frère Charles, lorsqu’il s’envola rejoindre les anges de Bethléem et de Nazareth. Précieuses reliques, je vous garde religieusement, et le culte que je vous porte fera rire bien des gens qui liront ces lignes. Peut-être s’égaieront-ils encore plus fort en apprenant que je pleure en les écrivant, mais que faire ? Musset faisait rire de lui, lorsqu’il exhalait l’acte d’humilité et de contri¬ tion qui se termine par ces vers : Le seul bien qui me reste au monde Est d’avoir quelquefois pleuré. Je pleure donc en comptant mes morts chéris, et pourtant ce n’est pas faute de me surprendre à fre¬ donner souvent la naïve berceuse de Voitelain : Dodo ! l’enfant dodo ! Garde tes larmes pour tantôt.