Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/247

Cette page n’a pas encore été corrigée


■■\t■\t—■\t■\t,4...\t■■■\tt DODO J l’enfant !\t239 confréries, corps de métiers, institutions savantes, bourgeois, ouvriers et étudiants. Charles admirait tout cela, mais il ne put contenir sa joie, lorsque passa Saint-Jean-Baptiste lui-même, représenté par un bel enfant enveloppé dans une peau de fauve. Sa main tenait une croix d’où tom¬ bait une jolie banderolle, et ses yeux se baissaient amoureusement sur le plus gentil petit mouton blanc que puisse rêver une imagination d’enfant. La mignonne bête était couchée aux pieds de Jean, et en l’apercevant, Charles poussa un cri. Je me penchai vers lui, et je crois lui avoir causé le plus grand plaisir de sa vie en le prenant dans mes bras, pour qu’il pût le voir encore mieux et de plus loin. Toutes ces merveilles furent racontées le soir même à ma mère, et franchement notre petit observateur sut les dire beaucoup mieux que je ne pourrais jamais les écrire. Ce fut là sa dernière sortie. Depuis lors, le médecin défendit le grand air, et ses distractions se réfugièrent de nouveau parmi ses jouets. Il traîna ainsi tout l’automne, sans se plaindre, et sans avoir les caprices des mourants de son âge. Personne ne s’apercevait qu’il déclinait, si ce n’est ma mère qui passait presque tout son temps à lui enseigner le cathéchisme et à le préparer à faire sa première communion. Dieu fut ses étrennes.