Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/238

Cette page n’a pas encore été corrigée


230 A LA BRUNANTE. Alors revenant vers moi et me regardant fixément, il dit en scandant chaque mot : — La plume est une puissance plus grande que l’épée ; c’est par elle que la bible et l’évangile nous ont été transmis. Servez-vous toujours de la vôtre avec des intentions de paix, de justice et de dévouement à l’Eglise votre mère. Il devint rêveur une seconde, puis reprit — Quand vous serez retourné là-bas, mon enfant, dites à vos compatriotes que vous avez vu le pape et que fort de la parole toute puissante de Dieu, il ne craint rien des embûches qu’on lui tend. L’Eglise catholique a soif de persécutions ; elles forment la sève de son tronc vivace, et plus ^lles sont fortes, plus la cime de l’arbre immortel gran¬ dit et s’élève majestueuse vers l’éternité. Il nous quitta alors, et parcourut jusqu’au dernier les divers groupes qui étaient disséminés dans la salle. Puis, lorsqu’une bonne parole eut été donnée à chacun, le pape s’approcha de quelques marches disposées au fond de l’appartement, et redressant sa haute stature, se prit à dire, d’une voix forte, à la foule prosternée de nouveau : — Mes enfants, voici l’heure venue de vous donner ma bénédiction. Je vous bénis, vous et vos parents, et cette bénédiction ira s’étendre jusqu’à la quatrième génération. Je bénis vos proches, vos amis, tous ceux qui vous aiment ; je bénis vos pays, vos